Loïc rêve de retrouver une vie sans douleur

Atteint de la maladie de Lyme chronique depuis ses 16 ans, Loïc Blaise vit l’enfer de cette pathologie invisible. Il fait partie des 20% de personnes atteintes de la forme chronique qui ont du mal à guérir… Bien entendu, il rêve d’une autre vie, celle de Monsieur Tout-le-Monde, une vie normale sans douleur : rien que ça, pour lui, ce serait la liberté ! Aujourd’hui, il voit la lumière apparaître au bout du tunnel avec un traitement prometteur aux États-Unis. Seul couac : les frais. Le jeune homme de Chenois fait donc appel à votre solidarité, espérant pouvoir s’y rendre d’ici juin.

Un diagnostic tardif pour la maladie

Tout a commencé il y a dix ans : Loïc Blaise a commencé à souffrir de problèmes d’hypertension, de troubles digestifs, d’hypersudations, de douleurs ‘voyageuses’ de plus en plus présentes et violentes. Ce fut progressivement impossible de faire de l’athlétisme, du karaté, du ping pong… Ce changement a été difficile à supporter moralement et physiquement pour l’adolescent sportif, sans parler de certaines personnes qui avaient du mal à le comprendre, pensant que ses souffrances étaient dans sa tête, qu’il était hypocondriaque ou juste fainéant. Pourtant, ce n’est pas parce que le jeune Gaumais se tient debout et sourit que cela veut dire qu’il n’a rien. Il y a encore deux ans, il parvenait encore à faire un peu de vélo… mais aujourd’hui, il confie « À l’intérieur de mon corps, j’ai l’impression d’avoir 80 ans. »

Longtemps, Loïc et ses parents ont cherché à savoir ce qu’il avait et c’est seulement il y a peu qu’il a été diagnostiqué : il a la maladie de Lyme. Dans ses difficultés, il a trouvé une communauté de personnes également atteintes : ils discutent, se comprennent, s’entraident, combattent ainsi l’isolement et la marginalisation sociale dans lesquels la pathologie les a peu à peu poussés. Mais c’est une piètre consolation face aux douleurs et souffrances de la maladie.

Une possible rémission

Aidé par ses parents, il a vu de nombreux médecins et spécialistes, testé des traitements de tous domaines… mais il fait partie des rares lymés qui ne guérissent pas avec les traitements européens. C’est pour cette raison qu’il s’est tourné vers une solution expérimentale très prometteuse, disponible grâce à une clinique spécialisée dans ce type de pathologies. Le problème est que cette clinique se situe aux USA, ce qui implique des frais extrêmement élevés pour s’y rendre, rester sur place et se faire soigner : rien que le traitement coûte plus de 10 000 €. C’est le seul centre médical spécialisé qui obtient des résultats véritablement encourageants face à des maladies chroniques. La solution est encore peu connue, c’est la phagothérapie. S’il peut se rendre dans cette clinique (Biologix Center For Optimum Health) dans le Tennessee, il a de grandes chances de guérir !

Il souhaite toujours agir 

Ce qu’il a vécu, Loïc ne le souhaite vraiment à personne. Et c’est pourquoi il s’active autant qu’il peut avec ses proches et d’autres lymés pour faire (re)connaître davantage la maladie. Sensibiliser davantage les gens est la seule solution pour prévenir cette pathologie silencieuse aux symptômes complexes. Une fois atteint, il peut en témoigner, le parcours est long avant de pouvoir retrouver une vie normale. Des milliers de personnes sont atteintes de la maladie en Belgique, et dans 80% des cas, les lymés guérissent avec quelques mois d’antibiotiques. Mais pour les autres, les années peuvent passer, la maladie prend de l’ampleur et le découragement s’installe de manière sournoise… C’est ce qui le pousse à en parler autour de lui, à rester en contact avec d’autres lymés, à tenter de toucher les gens via divers médias. Quelques projets sont également en cours de préparation dans ce but : il y aura de la musique, de l’artisanat, alors gardez les yeux ouverts. 

Le jeune Gaumais a des rêves

Il compte écrire un livre sur son parcours, dans l’espoir d’aider ceux qui peuvent l’être et contribuer à sensibiliser le monde. Mais ça, ce sera quand il ira enfin mieux ! En attendant, c’est difficile pour le jeune homme de 25 ans de se projeter dans un avenir personnel ou professionnel… Il termine pour le moment tant bien que mal ses stages, tentant d’obtenir son diplôme d’éducateur spécialisé, même si sa santé et le système éducatif lui mettent des bâtons dans les roues. La vie lui aura, à coup sûr, donné le moyen de comprendre les élèves qu’il pourrait encadrer. Le courageux Chenoisien aimerait aussi plus que tout refaire du sport, ne fut-ce que de « simples » courses à pied. Il rêve encore : vivre dans une tiny house, voyager à travers le monde et surtout re-vivre normalementsans douleur ! Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne demande vraiment pas la lune. 

Vous pouvez l’aider !

Il y a peu, il a fait appel à des dons pour financer toute une série de tests et traitements, selon ce qui est possible de faire en Belgique pour soigner la maladie de Lyme. Si c’est loin d’être suffisant pour le guérir, il est véritablement reconnaissant des personnes qui l’ont déjà soutenu et qui continuent à le soutenir ! Aujourd’hui, Loïc croit pouvoir bientôt toucher son rêve du bout des doigts grâce au traitement de phagothérapie, au Tennessee… mais pour cela, il a à nouveau besoin de votre soutien à tous« Si vous ne savez mettre que 2€, c’est déjà bien, et si vous ne savez rien mettre, partagez. » explique-t-il, un peu gêné, dans sa vidéo. Si tout se passe bien, Loïc pourra partir avec deux autres personnes diagnostiquées, Alexis (24 ans) et Louise (33 ans) pour se faire soigner là-bas. Il ajoute : « Je vais montrer aux donateurs ce que je fais de leur argent via les réseaux sociaux, partager mon expérience dans la clinique, pour les autres lymés. » 

Suivez-le sur Facebook et Instagram @Loïc vs Lyme !

Donc si vous souhaitez contribuer, toutes les informations se trouvent sur la page de la cagnotte participative CotizUp https://www.cotizup.com/solidarite-loic !

D’autres initiatives sont lancées

Les élèves de la mini-entreprise P.E.R.L.E. de Pierrard ont lancé une vente de produits tels que des sprays hydroalcooliques et des boîtes de rangement pour masque afin de le soutenir dans son combat contre la maladie de Lyme. N’hésitez pas à les contacter pour prendre soin de votre santé, soutenir ces jeunes et aider Loïc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Recette : Muffins chocolat - noisette

Article suivant
Maison avec pompe à chaleur

Une pompe à chaleur d’excellence !

Total
26
Partager